mercredi, 28 juin 2017

Respiration buccale

Le fait de respirer par la bouche est appelé respiration buccale. Elle se repère notamment par les lèvres (souvent) entrouverte, desséchées et une bouche sèche le matin.

Fotolia 19270186 XSLa respiration buccale vient du fait que les voies nasales sont obstruées et l’air a du mal à passer par le nez. Selon plusieurs études, la respiration buccale touche près de 55% de la population (enfant et adulte). Elle est due à une déformation nasale dans 20% des cas. Dans 80% des cas, elle est due à une dysfonction linguale. En effet, la langue ne va pas élargir le palais, donc les voies nasales ne s’élargissent pas et entravent le passage de l’air. L'enfant se met rapidement à respirer par la bouche, contrairement aux nourrissons qui respirent (presque) tous par le nez.

Quand la personne respire par la bouche, les germes et particules ne sont pas filtrés et pénètrent directement dans son organisme. Il en découle des risques d’infection de la gorge, du nez, des oreilles (rhinites, rhinopharyngites, sinusites, otites…), des bronches et poumons, y compris des crises d’asthme.

Une respiration buccale même partielle a des répercussions importantes sur le développement visage. Le passage de l’air par la bouche va entrainer une posture reculée de la langue avec une croissance verticale du visage et une réduction de la taille des voies respiratoires (à l’arrière de la cavité buccale). Elle favorise alors l’apparition de troubles du sommeil : ronflements, apnées du sommeil…

La respiration buccale favorise aussi les caries et la mauvaise haleine. En effet, la bouche desséchée n’a plus assez de salive pour nettoyer les résidus d’aliments et les bactéries après le repas. Ceux-ci restent coincés entre les dents et favorisent l’apparition de caries. Les bactéries qui prolifèrent et les résidus vont se décomposer sur place et engendrer une haleine nauséabonde.

Enfin, la respiration buccale et un palais étroit ont des répercussions sur la posture, car la langue s’accroche à la base du crâne. Afin de compenser les difficultés de respiration, on aura tendance à se pencher vers l’avant pour ouvrir le pharynx et mieux respirer. 

CMLa dysfonction linguale étant à l’origine dans la plupart des cas de la respiration buccale, la rééducation des fonctions de la langue est nécessaire pour le maintien de l’élargissement du palais et des voies respiratoires nasales.
Dr. Mauclaire

  

Suivez-nous sur les réseaux !

  

  

  

Collaboration

Le challenge vous interesse ? Des opportunités sont ouvertes

contactez-nous

Formation

Tongue Lab travaille avec des organisations de formation pour les praticiens.

contactez-nous

Partenaires

Tongue Lab recherche des partenaires industriels et commerciaux.

contactez-nous

Investisseurs

Investir dans le sommeil, gagner en santé dès cette nuit !

contactez-nous

Médias

Découvrez l'approche innovante de Tongue Laboratory.

contactez-nous