Covid-19

L'importance de respirer par le nez

Nous entrons dans la période de déconfinement liée au Covid-19. Bien des progrès ont été accomplis en quelques semaines sur la compréhension du Sars-CoV2. Cependant, il reste encore bien des questions notamment relatives à la durée et la qualité de l’immunité acquise à la suite d’une infection, sur l’efficacité des vaccins en cours de développement … et finalement sur la meilleure stratégie de lutte contre le COvid-19.

Afin de nous protéger collectivement, des mesures sont imposées pour réduire les risques de propagation et donc d’infection qui présentent des imperfections. En particulier, la distanciation sociale n’est pas toujours bien respectée, la plupart des masques offrent une protection imparfaite, et il n’y a pas encore de vaccins disponibles dont l’efficacité aura été prouvée.

Les virus existaient bien avant le début de l’humanité. Si l’espèce humaine a pu se développer, c’est aussi parce que la nature l’a dotée d’un système de protection efficace contre les attaques bactériennes et virales. 

Une grande partie des agents pathogènes sont aéroportés dans des aérosols. Ils entrent dans l’organisme par les voies aériennes supérieures (nez, bouche). Le nez dispose d’un arsenal efficace pour les filtrer, notamment en les piégeant dans le mucus et les éliminant grâce au monoxyde d’azote (NO) produit dans les sinus. La respiration buccale ne filtre pas l’air inhalé. 

Lors de l’expiration, une part significative des aérosols produits dans les poumons est condensée dans le nez, qui peut ainsi recycler l’eau et la chaleur exhalées, et annihiler les agents pathogènes qu’ils contiennent. L’expiration par la bouche n’offre pas cet avantage.

Le NO nasal est un élément indispensable pour le bon fonctionnement du système cardiovasculaire, celui-là même qui est attaqué par le Sars-Cov2.

Nous émettons l’hypothèse que la restauration d’une respiration exclusivement nasale est une barrière additionnelle pour de réduire les risques d’infections au SARS-CoV2 ou leur sévérité. Cela serait alors ainsi un moyen complémentaire dans la stratégie de santé publique pour lutter contre le Covid-19 et un retour à moindre risque à nos activités économiques, sociales et émotionnelles. 

Nous lançons le projet de vérifier cette hypothèse

Téléchargez la lettre

« Impact de la respiration nasale sur le COVID »

Vous souhaitez nous contacter à ce sujet? 

Nous réalisons enquêtes, études et formation sur ce sujet. Vous souhaitez y participer, être informé des résultats, suivre un webinaire sur ce sujet ou encore être formé sur notre approche ...?

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc